Je suis clivante.

« Je suppose que tu sais que tu es clivante » m’a dit l’organisatrice d’un événement dans lequel je suis intervenue en tant que conférencière. « Certaines personnes ont été très inspirées par ton parcours et ton histoire et d’autres n’ont pas de tout aimé, n’ont pas compris pourquoi tu partageais ces choses de ta vie. » Je trébuche sur ce mot « clivante », j’entends que je suis à la fois aimée et détestée.

J’ai échangé avec l’organisatrice de la façon la plus objective possible sur la satisfaction de ses clients, mais j’ai senti un questionnement qui bourdonnait au fond de moi. Quand j’ai raccroché, je suis restée quelques minutes avec mes questions. Ai-je pris la bonne décision de dévoiler le véritable parcours de mes « réussites » en incluant les détails des doutes et même les erreurs, le manque de maturité qui a coloré certaines de mes décisions et, de façon humoristique, les moments ridicules ? Etait-ce un manque de pudeur à l’américaine, où est-ce que mon public français a besoin d’apercevoir le côté moins glamour de l’épanouissement ? Devrais-je modifier voire aseptiser mon discours pour agrandir mon taux de satisfaction ?

Photo clivante

Je pose ces questions sans ironie. Nous sommes dans la société, je dois vivre ici avec mon époque et dans le pays qui m’accueille. Et en restant avec ces questions, je me rends compte que mon chemin vers une vie plus consciente, et ma posture d’agent de changement, me pousse à plus de candeur et parfois vers une sorte de provocation empathique.

Je pratique cette recherche d’épanouissement et de sérénité, à coup de questions existentielles et de pratiques contemplatives, depuis au moins 20 ans, voire plus.

Ce sont les mêmes questions de recherche du bonheur qui arrivent depuis peu sur la place publique en France et nous poussent aujourd’hui à changer notre façon de diriger, de travailler, et de considérer nos carrières.

Cependant dans mon expérience, la réalité de la transformation, c’est qu’il s’agît d’un processus pas toujours beau à voir, et pas toujours drôle à vivre. Nous imaginons que le stress, c’est le problème, et que si on pouvait se détendre, ça irait. Mais le stress n’est qu’un symptôme. Sous les couches de stress, se cachent des croyances, des peurs, et des limites qui composent l’architecture de nos vies.

Quand nous voulons changer nos vies, nous imaginons que nous allons remplacer cette structure par une autre, meilleure, plus satisfaisante.

En réalité, il est possible que nous devons passer par au moins trois autres étapes qui peuvent être difficiles à vivre :

  • il y a un moment où nous devons laisser mourir notre ancienne vie,
  • un autre moment où nous sommes amenés à lâcher prise et à faire face à un vide,
  • puis encore un passage où nous devons travailler à faire émerger cette nouvelle vie avec des obstacles qui peuvent mettre notre caractère à l’épreuve.

Je pratique la mindfulness et je la propose aux Français qui veulent entreprendre le changement par une démarche de formation ou de coaching, car j’ai découvert que l’aise et l’agilité avec lesquelles nous vivons ces différentes étapes dépendent de notre conscience et de notre physiologie. Et la pratique de la mindfulness agît concrètement sur ces deux éléments.

Mais je maintiens ceci : alors que les résultats d’une véritable transformation peuvent briller et donner envie, le processus de la transformation reste par moment moche et difficile.

Si vous êtes très attaché à l’élégance, la transformation n’est peut-être pas pour vous. Si vous voulez être aimé par tout le monde, non plus.

© Betsy Parayil-Pezard – http://www.connectionleadership.com

Inscrivez-vous au newsletter ici : http://eepurl.com/bunjcT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s