2018 – Une année sous le signe du Kairos

 

KA281E

Qu’est-ce que le Kairos ?

Terme grec, le Kairos est un concept de temps, qui se distingue du Chronos.

Nous connaissons bien le Chronos : c’est le temps linéaire, le temps de l’histoire – avec passé, présent, et futur… En mode Chronos, janvier 2018 – c’est le temps de créer de grands objectifs dans l’attente de résultats rapides, en voyant nerveusement le temps qui coule.

Alors que le Kairos, c’est le moment opportun. C’est l’instant T, le bon moment pour agir.

Voici un petit extrait du Wikipédia sur le sujet :

Le dieu grec Kairos est représenté par un jeune homme qui ne porte qu’une touffe de cheveux sur la tête. Quand il passe à notre proximité, il y a trois possibilités :

  • on ne le voit pas ;
  • on le voit et on ne fait rien ;
  • au moment où il passe, on tend la main, on « saisit l’occasion aux cheveux » et on saisit ainsi l’opportunité.

Pour moi, le Kairos, c’est le temps de la pleine conscience.

Kairos : Quand je suis présente et attentive, je peux sentir le futur qui émerge.

En nous connectant au Kairos, nous nous éloignons de notre stress collectif, qui vous dicte que vous devez tout faire pour forcer la main de la vie.

Avec le Kairos, je m’ouvre à l’action différemment – mon action est juste et précise, et je fais au bon moment.

Cependant je dois savoir la sentir, la voir. Avec le bruit de notre culture, c’est difficile. Personne ne nous a appris à vivre en Kairos. Et pourtant, c’est notre nature profonde.

 

 

Je vous invite à commencer l’année 2018 avec le Connection Leadership Lab, une expérience de connexion au Kairos – hors du temps, dans l’instant – pour apprendre à voir ce futur qui émerge pour vous.

La prochaine session arrive – le weekend des 20 & 21 janvier 2018.

Contactez-moi avec vos questions et pour vous inscrire !

En vous souhaitant de vivre toute la texture de l’année 2018 avec aise et sérénité !

Publicités

Leaders : comment rester confiant dans une situation difficile

Leadership &TransformationPersonnelle-2

C’était la pire des situations pour une directrice d’école. J’étais à la tête d’un nouvel institut privé d’études supérieures. Nous avons ouvert l’école avec une première promotion de 80 étudiants, et nous nous félicitions de cette première réussite. Mais quelques mois plus tard est venu un courrier du Ministère qui refusait formellement notre demande d’accréditation. Cela serait le début d’un combat, mais à cet instant là, je devais accuser le coup tout simplement. Cela serait une épreuve à passer.

Je me souviens de ces conversations difficiles que nous avons dû mener avec les étudiants et leurs parents. Je me sentais personnellement impliquée – c’est moi qui les avais convaincu de parier sur notre projet de créer une nouvelle école. Les étudiants avaient répondu positivement à notre envie d’apporter un changement à l’écosystème éducatif et ils se sont engagés dans un parcours d’études de 5 ans. C’était un investissement en termes de temps, mais aussi un engagement financier. J’étais consciente de l’enjeu que cela représentait pour beaucoup d’entre eux.

« Qu’est-ce que vous nous conseillez de faire ? » m’a demandé Philippe, un étudiant. Cela ne faisait que quelques mois, mais je pouvais voir que Philippe était à la bonne place. Ses enseignants étaient impressionnés par ses facilités et il avait une place de leader parmi les autres étudiants.

Comme ses camarades, je n’avais pas envie de le perdre, le voir nous quitter pour une autre école, mais je lui ai répondu : « Je peux te donner toutes les informations que j’ai, mais c’est toi qui dois décider. La décision t’appartient. »

Cela semblait frustrer certains, qui voulaient que j’essaie de leur dire ce qui allait se passer dans l’avenir. Mais je ne pouvais pas essayer de couvrir la gravité de la situation en bonne conscience. Un problème important était bien arrivé, et les étudiants pouvaient quitter le navire ou nous soutenir pendant qu’on se battait pour notre projet. Ils avaient le choix. Je me préparais à la possibilité que notre projet s’effondre devant mes yeux.

Cependant, malgré les risques, Philippe et les trois-quarts de sa classe ont décidé de rester. Je leur ai promis de les tenir au courant de chaque étape du recours. Nous avons fini par recevoir notre accréditation, et quelques années plus tard, j’ai eu l’honneur de donner un discours lors de la remise de diplôme. Ces étudiants sont devenus des professionnels exerçant leur métier.

Le facteur humain s’est déployé avec toutes ses forces.

Je n’oublierai jamais ce moment où je croyais que nous allions voir déserter tous nos clients. J’ai pris conscience que la confiance n’est pas systématiquement corrélée avec le niveau de risques ! L’éthique, l’intégrité, et la confiance mutuelle que j’ai partagées avec les étudiants lors de ce moment difficile, ont aidé à préserver le projet lors d’un moment de grande fragilité. Le facteur humain s’est déployé avec toutes ses forces.

Aujourd’hui, je coache des professionnels avec des ambitions fortes de se dépasser et de porter des projets avec plus de sens, et je ne cesse de m’étonner devant le facteur humain. A l’intérieur de nous, et lors des situations les plus désespérées, reste un potentiel inexploité. Un professionnel qui a été longuement au chômage peut arriver, un professionnel qui veut créer sa société ou réussir son lancement ou tout autre chose d’exceptionnellement difficile peut le faire… s’il est en contact avec ce potentiel intérieur.

Mais ce potentiel est voilé le plus souvent par la peur.

A l’intérieur de nous, et lors des situations les plus désespérées, reste un potentiel inexploité.

Quand nous avons peur, nous cherchons à nous protéger des risques, mais avec une confiance solide, nous tournons nos visages vers le tourment de l’orage et nous nous transformons pour relever le challenge.

Une clé que je partage avec mes clients, et que je voudrais partager avec vous, c’est de dissocier votre valeur en tant qu’être-humain de votre performance professionnelle.

Car quand vous savez que vous avez une valeur humaine infinie, indépendante les circonstances, cela vous aide à accéder à une force de leadership authentique et légitime, une prise de décision facilitée, et une capacité d’apporter une réponse juste aux autres dans leur besoin. Ces capacités sont clés pour relever des défis très élevés.

Betsy Parayil-Pezard, une américaine en France, coache et forme les cadres, les managers, les directeurs et d’autres professionnels qui veulent créer un projet de vie, explorer une nouvelle voie de carrière, ou améliorer leur leadership dans leur situation actuelle.

REJOIGNEZ-NOUS POUR LE PROCHAIN LAB ! Contactez Betsy à l’adresse betsy@connectionleadership.com pour recevoir une brochure et les dates.

Son prochain séminaire, le Connection Leadership Lab, pour vous aider à explorer votre potentiel et vos projets, aura lieu les 2 & 3 décembre 2017 à Paris.

Devenez le rêve le plus fou de vos ancêtres

Je prépare actuellement un magnifique voyage en Inde à la fin de l’année.

Ce n’est pas un voyage comme un autre, car si je suis née aux Etats-Unis, mes parents sont originaires de l’Inde et ils gardent des liens forts avec les communautés indiennes en Inde, aux US, et au Canada.

Longtemps, j’ai eu l’impression que j’avais besoin de rester éloignée de ma famille pour vivre une vie épanouissante. L’histoire de notre famille, leur notoriété dans leur communauté, leurs accomplissements, et leurs personnalités fortes me pesaient.

De plus j’étais la plus jeune d’une ribambelle de petits-enfants du côté de mon père. Dès très jeune, j’avais l’impression que ma famille me regardait comme le bébé, mignonne mais sans intérêt.

Je faisais mon chemin, loin de tout, cependant souvent on me disait que je ne respectais pas les traditions de la famille.

Il n’était pas question de rester avec ce sentiment, et j’ai fait ma vie sur encore un autre continent, ici en France, dans des environnements où personne ne me connaissait. Cela m’a permis de sentir qui j’étais, sous toutes ses couches d’histoire. J’ai senti que j’avais aussi une réflexion philosophique en moi, que j’avais un leadership qui émergeait de ma vie, indépendamment de mes racines. Je faisais mon chemin, loin de tout, cependant souvent on me disait que je ne respectais pas les traditions de la famille.

Lors d’un temps de contemplation – mélangeant la méditation et des temps de paroles, j’ai eu une sorte de révélation. A cet instant-là, tout mon corps était plongé dans le silence. C’était à mon tour à parler, pendant le Connection Leadership Lab, mais la question de pourquoi j’étais là, m’avait touché tellement profondément, et au lieu de trouver les bons mots pour m’exprimer, je voyais surtout des images.

DEVENEZLE REVE LE PLUS FOU

Je voyais défiler une succession d’images de mes parents, mes grands-parents, mes arrière-grands-parents. Ils étaient pieds nus dans le Kerala, en Inde, dans ce pays peuplé de cocotiers, avec un air tellement humide, comme la plus riche des crèmes de beauté, où la peau des centenaires ne prend pas de rides.

Dans cet instant là, j’ai perçu que malgré les apparences, cette idée – que je n’étais pas en connexion avec ma famille – n’était pas vraie. Mon grand-père et mon père avaient instigué et inspiré des ruptures avec les traditions de leurs familles, suivant leur plus profondes convictions. On m’accusait de ne pas me conformer, alors que je continuais dans leur sillon – la tradition de faire rupture, de prendre des risques, et de pousser plus loin la réflexion et la pratique dans de nouvelles formes !

Ce message est pour vous qui ne suivez pas vos rêves par respect des autres, par peur de sortir du cadre qui vous a été donné…

C’est un message pour vous qui avez l’impression que ce que vous voulez faire n’a rien à voir avec ce que vous avez fait, avec là d’où vous venez…

C’est un message pour vous qui êtes dans votre prison dorée, celle de vos accomplissements et de votre bonne performance… vous qui avez peur de sortir de cette cage pour explorer de nouveaux défis et trouver un sens à votre vie…

Je vous invite à vous ouvrir à l’appel de vos rêves pour sentir ce qui pourrait émerger de votre vie.

Personnellement, en suivant ma voie de façon très indépendante, j’ai appris que j’étais toujours en lien avec ma famille. Même si certains me voient comme très différente d’eux, c’est moi qui ai porté la flamme de la « disruption » – j’ai répondu avec conviction à l’appel de l’inclusion, la diversité, l’universalité, la profondeur et l’humanité – et j’ai poussé plus loin les philosophies de la tradition familiale.

Je pense que nous sommes individuellement et collectivement appelés à faire évoluer notre espèce, parfois en prenant des risques importants que d’autres ne pourraient pas comprendre.

Je vous invite à vous ouvrir à l’appel de vos rêves pour sentir ce qui pourrait émerger de votre vie.

Et si cela semble rompre le lien avec vos traditions, soyez-en rassuré. Continuez courageusement cette route et devenez le rêve le plus fou de vos ancêtres.*

Betsy Parayil-Pezard, une américaine en France, coache et forme les cadres, les managers et les directeurs qui veulent créer un projet de vie ou explorer une nouvelle voie de carrière. Son prochain séminaire, le Connection Leadership Lab, pour vous aider à explorer votre leadership et vos projets, aura lieu les 20 & 21 janvier 2018 à Paris. Contactez Betsy à l’adresse betsy@connectionleadership.com pour recevoir une brochure.

* « Become your ancestor’s wildest dream. » – Ava DuVernay.

EnregistrerEnregistrer

Découvrez une question que je pose à mes clients

J’ai une question pour vous qui souhaitez élever votre niveau de leadership dans le cadre d’un projet de vie. Dans le cadre de votre projet de vie, vous vous interrogez non seulement sur votre vie professionnelle, mais aussi sur l’aspect personnel ou familial. Voici une question que vous m’entendrez poser souvent aux professionnels que j’accompagne en coaching pour créer leur projet de vie.

Cette question, c’est : Quelle injustice vous insupporte ?

Quand nous regardons le monde autour de nous, nous sommes souvent indignés par l’injustice qui perdure dans notre société et ailleurs dans le monde. Peut-être avez-vous pensé à l’esclavage, la violence sexuelle, le sort des réfugiés, les personnes en grande précarité, ou est-ce l’inégalité des chances, la destruction de la planète, la disparition des espèces ?

La voie du leader, c’est de porter le changement qui est possible. Dans son livre Théorie U, le chercheur de MIT Otto Scharmer parle d’un futur émergent que le leader détecte et se met en posture de faciliter. A partir d’une écoute et d’une présence peu expérimentées dans notre culture, le leader s’ouvre, voyant les vieux problèmes avec de nouveaux yeux. Il se laisse traverser par une vision de ce changement à venir et la porte en lui afin d’activer sa réalisation au niveau collectif.

C’est passionnant de théoriser sur cette voie du leader, mais à quoi est-ce que cela ressemble quand ce n’est pas dans un livre, mais dans la vie d’un citoyen lambda comme moi?

Leadership &TransformationPersonnelle

En 2014, j’ai quitté mon poste de directeur dans un centre de formation pour créer une société de coaching et de formation professionnelle. Aujourd’hui, il semble que j’ai réussi mon pari – j’ai complété deux formations de coaching et suis en cours de terminer mon Masters, je suis certifiée, j’ai une activité de coaching en one-to-one et j’anime des séminaires de leadership en entreprise. Mon premier livre sortira en 2018. J’ai aussi une partie importante d’accompagnement de personnes en grande difficulté dans mon quotidien. Je coache des femmes qui ont été victimes de violences à créer leur entreprise avec l’association de Chiara Condi, Led By Her, et avec Sébastien Henry et un petit groupe de collègues en mindfulness, nous avons lancé Mindfulness Solidaire, qui partage les pratiques de méditation dans les centres d’hébergement d’urgence, et bientôt dans les prisons.

Tout cela n’est qu’une simple image à un moment donné d’une femme dans la progression de sa nouvelle carrière. Ce que je voudrais vraiment partager avec vous, c’est le mouvement intérieur qui me pousse vers l’avant, mais qui se cache derrière les accomplissements. Ce mouvement intérieur est pour moi la clé d’un éventuel résultat.

Il s’agît de la remise en question profonde de ma raison d’être sur cette Terre, non dans un esprit de me critiquer sans cesse, mais dans un désir authentique de me dévoiler les yeux et de me réveiller à ce qui pourrait émerger de ma petite mais unique vie. D’après moi, c’est la voie à la fois la plus éprouvante et la plus épanouissante.

Quelque chose ne tourne pas rond dans notre société, nous le ressentons au fond de nous tous les jours, mais nous nous disons aussitôt que nous ne pouvons rien y faire.

Mais IL Y A quelque chose que vous pouvez faire, en commençant ici et maintenant. Vous pouvez transformer votre propre vie, la vie précieuse qui vous a été donnée pour vivre pleinement. Entrez dans un dialogue sans complaisance avec vous-même, et commencez par cette question – Quelle injustice vous insupporte ?

Betsy Parayil-Pezard, une américaine en France, coache et forme les cadres, les managers et les directeurs qui veulent créer un projet de vie ou explorer une nouvelle voie de carrière. Son prochain séminaire, le Connection Leadership Lab, pour vous aider à explorer votre PROJET DE VIE aura lieu les 2 & 3 décembre 2017 à Paris.

REJOIGNEZ-NOUS POUR LE PROCHAIN LAB ! Contactez Betsy à l’adresse betsy@connectionleadership.com pour recevoir une brochure.

LA REPONSE-2

 

5 situations qui poussent à créer son projet de vie

Réflechissez-vous à entreprendre un changement de carrière ? Il y a des moments extrêmement propices pour réfléchir à un PROJET DE VIE. Voici quelques situations que j’ai repéré dans mon travail d’accompagner les professionnel à formuler un projet professionnel qui correspond à leur plus profonds désirs et leurs valeurs humaines.

Situation n° 1 qui pousse à créer son projet de vie

– Lors de la Crise… Rien ne va plus et vous êtes au bord de la rupture. Vous n’avez qu’une envie – tout plaquer et changer de situation professionnelle. Cela peut paraître contre-intuitif, mais lorsque la crise survient, vous avez des options très intéressantes à explorer. Une option c’est de faire une réunion avec soi-même et s’interroger sur le sens que vous voulez donner à votre progression professionnelle.

Situation n° 2 qui pousse à créer son projet de vie

– Quand il y un Silence Radio… Vous envoyez beaucoup de candidatures, mais vous ne recevez pas de réponse favorable. De plus, vous n’êtes pas très certain si vous êtes capable d’assumer le niveau de responsabilité des postes auxquels vous candidatez. Mon encouragement pour vous : oui, vous en êtes capable, et un travail sur soi vous aidera à arriver au bout de l’objectif.

Situation n° 3 qui pousse à créer son projet de vie

– Suite à une Séparation… Dans votre vie, il y a eu une rupture douloureuse. Un licenciement, ou même un divorce… Peut-être avez-vous senti que vous aviez encore un grand projet en vous et que ce n’était pas possible de vivre cela dans votre ancienne situation. Vous êtes alors parti. Mais il ne suffit pas de s’en libérer d’une situation difficile – il est aussi essentiel de gagner en clarté dans ses objectifs et se mettre en mouvement !

Situation n° 4 qui pousse à créer son projet de vie

– Quand vous mourrez d’ennui…Votre situation actuelle ne vous stimule plus, et vous avez l’impression d’avoir bien fait le tour. Petit à petit, votre flamme intérieure est en train de s’éteindre. Surprise, il y a quelque chose auquel vous n’avez pas encore pensé, une clé pour chercher un poste qui est plus challengeant… Sous l’apparence de l’ennui et l’immobilité, se cache la peur de l’inconnu… Etes-vous prêt à confronter cette peur ?

Situation n° 5 qui pousse à créer son projet de vie

– Avant d’arriver au Burnout… Même avec toute votre bonne volonté, vous sentez que votre corps est en train de faire « faillite ». Votre stratégie de vous montrer parfait pour vous protéger des risques ne porte pas ses fruits. La fatigue, l’irritabilité, les trous de mémoire apparaissent. Vous n’avez plus le choix, il est vital de changer quelque chose et s’occuper de vous.

Est-ce que vous vous reconnaissez dans l’un de ces profils ? Prenez la décision de créer un projet de développement personnel et professionnel. Votre plus grand problème peut devenir une opportunité de carrière.

 

Betsy Parayil-Pezard, une américaine en France, coache et forme les cadres, les managers et les directeurs qui veulent créer un projet de vie ou explorer une nouvelle voie de carrière. Son prochain séminaire, le Connection Leadership Lab, pour vous aider à explorer votre PROJET DE VIE aura lieu les 2 & 3 décembre 2017 à Paris.

REJOIGNEZ-NOUS POUR LE PROCHAIN LAB ! Contactez Betsy à l’adresse betsy@connectionleadership.com pour recevoir une brochure.

Cet article est paru sur le Webzine de viemonjob : http://webzine.viemonjob.com/reconversion/5-situations-qui-poussent-a-creer-son-projet-de-vie/

Leadership: Empathie, Compassion & Neurosciences

Connaissez-vous la différence entre l’empathie et la compassion ?

Si vous avez suivi ma formation « Paix & Puissance au Travail », nous avons parlé de l’empathie comme un élément important de l’intelligence émotionnelle. Daniel Goleman, auteur du livre « Intelligence Emotionnelle, » qui avait décrit pourquoi les personnes avec un haut QI se faisaient dépasser professionnellement par des personnes moins « intelligentes » qu’elles, avait commencé à faire évoluer sa définition de l’empathie au fur et à mesure de sa recherche. Aujourd’hui je comprends plus clairement pourquoi – il avait réalisé que l’empathie avait ses limites comme un trait de leadership.

Pour rafraîchir votre mémoire, l’intelligence émotionnelle est votre capacité de comprendre ce qui se passe dans votre monde intérieur ainsi que celui des autres, de savoir gérer vos états mentaux et émotionnels, et de comprendre comment influencer les autres vers vos objectifs communs.

D’après la recherche de Travis Bradbury, auteur d’Intelligence Emotionnelle 2.0, vos compétences en intelligence émotionnelle comptent pour 2/3 de votre performance au travail et peuvent même affecter l’efficacité de votre leadership et votre salaire.

Dans le cadre de mes études au sujet de la mindfulness*, ce semestre a été consacré davantage aux neurosciences et à l’exploration de la recherche au sujet de la méditation. En épluchant les études sur l’empathie et la compassion, j’ai observé qu’il est important de distinguer entre ces deux états.

L’empathie, c’est quand vous percevez la souffrance de l’autre et vous ressentez aussi leur souffrance. Les personnes dans les métiers du service et du soin, qui sont très exposés à la souffrance d’autrui, peuvent ressentir beaucoup d’empathie, avec un affect négatif. L’empathie active un réseau particulier dans le cerveau, et l’excès d’activation conduit au burnout.

La compassion est aussi une réponse face à la souffrance de l’autre. Sa différence est qu’une personne en compassion va ressentir surtout une motivation à soulager la souffrance – cela met la personne en action, et l’émotion est senti comme plus vibrante et chaleureuse. La compassion active un autre réseau cérébral très distinct dans le cerveau, et au lieu de conduire au burnout, elle augmente la résilience de la personne.

D’après les études que j’ai lu (Tania Singer, Olga Klimecki, analyse de Wendy Hasenkamp) – l’activation de la compassion s’entraine (comme vous avez observé dans la formation Paix & Puissance que la mindfulness s’entraine) à travers une série d’exercices.

Il me semble important pour nous de comprendre le fonctionnement de ces différents réseaux cérébraux que vous pouvez activer chez vous et dans vos équipes, pour créer des environnements collaboratifs basés sur la compassion – que la détresse et la souffrance ne paralysent pas mais nous permettent de trouver de nouvelles ressources créatives et dynamisantes en nous.

Je me plonge actuellement dans un ouvrage de 500 pages sur l’entrainement de la compassion et j’espère bientôt partager ma réflexion avec vous sur le sujet.

Betsy Parayil-Pezard

Coach, Connection Leadership

Empathie & Compassion

Rejoignez-moi pour le Connection Leadership Lab, le weekend des 2 & 3 décembre 2017 à Paris et obtenez une boîte à outils riche et accessible pour booster votre leadership. En même temps, nous travaillerons sur votre projet professionnel et vous partirez avec un plan d’action précis. Contactez-moi pour recevoir la brochure ou vous entretenir avec moi – betsy@connectionleadership.com

*Master en Mindfulness Studies à Lesley University, Boston.

 

 

Six façons que vous vous empêchez de réussir votre projet

Six façons que vous vous empêchez de réussir votre projet. (Et une invitation pour le prochain lab des 14 & 15 oct !)

  • La remise en question éternelle

A chaque fois que vous tâtez le terrain, pour savoir ce que vous voulez faire, les mêmes réponses émergent. Mais dès que vous commencez à vous mettre en mouvement, vous vous arrêtez. Vous vous dîtes que ça ne doit pas être ce projet finalement, surtout si cela vous semble trop facile. Cette remise en question incessante vous permet de faire du « sur-place » en dépensant beaucoup d’énergie et en confirmant votre conviction profonde que vous êtes incapable.

Prenez conscience : Avez-vous peur de la réussite ou peur de l’échec ? En explorant ces blocages et vous en libérant, vous pouvez créer un véritable élan.

  • L’énergie en dents de scie

Dès que vous vous sentez trop bien, vous faîtes quelque chose pour vous replonger (prendre une cuite, rappeler votre ex, remémorer vos échecs, etc). Cela déplace l’attention que vous pourriez mettre dans la construction de votre projet pour la diriger vers des actions prenantes comme récupérer votre santé physique ou mentale.

Prenez conscience : La fois prochaine que vous vous retrouvez à nouveau dans une situation répétée et insatisfaisante, cherchez à identifier la réussite que vous voulez éviter grâce à cette situation.

  • Le rêve sans prise de décision forte

Une fois que vous avez bien identifié vos désirs les plus profonds, vous pouvez y aller, n’est-ce pas ? Il manque une étape – prendre la décision de poursuivre le rêve. En évitant de réellement prendre la décision, vous pouvez éviter une étape essentielle pour vous mettre en mouvement. De plus, cette prise de décision doit être soutenu par des changements d’habitudes et maintenu sur une période prolongé afin d’arriver au résultat.

Prenez conscience : Si vous avez bien identifié votre rêve, mais n’avez pas eu le résultat, prenez aujourd’hui la décision de prendre le chemin vers ce rêve.

  • Le problème de légitimité

Vous imaginez vous sentir plus légitime une fois que vous aurez le poste de manager, que vous aurez atteint un certain chiffre d’affaires, ou même que vous aurez trouvé l’âme sœur. Malheureusement, la seule façon de se sentir légitime, c’est d’explorer vos peurs et d’assumer vos désirs. Il n’y a pas de raccourci !

Prenez conscience : Explorez vos peurs pour les transformer en forces. Souvenez-vous que vous êtes légitime de par votre désir de faire votre projet.

  • L’envie que quelqu’un vous tienne la main

Vous pensez avoir besoin d’aide pour créer votre projet, mais vous avez surtout besoin d’augmenter confiance en vous. Il y a une grande différence entre prendre quelqu’un pour votre béquille émotionnelle et déléguer une tâche qu’une autre personne maîtrise mieux que vous.

Prenez conscience : Cessez de vous rabaisser avec des messages négatifs et souvenez-vous que vous pouvez apprendre tout ce que vous devez apprendre pour réussir votre projet.

  • La méconnaissance de ce que vous dégagez au niveau relationnel

Vous pensez cacher votre manque de confiance derrière un beau style et une parole affirmée, mais rien de remplace une confiance authentique qui existe indépendamment de ce que pensent les autres. Vous pouvez bien présenter votre projet, mais les autres perçoivent inconsciemment ce manque de confiance.

Prenez conscience : Souvenez-vous que vous avez une valeur infinie au niveau humain, et que vos accomplissements ou vos échecs ne pourront jamais changer cela. Fondez votre confiance entièrement sur cette base.

Venez au prochain lab pour dépasser vos blocages et explorer votre puissance ! Envoyez-moi un mot pour recevoir la brochure.